Métacebo

Chaque fois que j’entends parler du chien de Pavlov, ça me fait saliver.

Commentaires

Le métatroll

En innovation constante pour atteindre (sans triche) le point Godwin, je vous propose le débat suivant : dont-on débattre plutôt sur Israël vs Palestine ou Mac vs Linux ?

Votez !!!

Un commentaire

Pensées pratiques pour ensemencer la terre

A l’heure de la philosophie à tout va, de l’ouverture aux sagesses alternatives et des technosciences à la prégnance réticulaire, il peut être bon de reconsidérer des données de l’être fondamentales, qui permettront de se déployer dans l’air du temps au diapason des débitrons [c’est comme une particule, mais en plus idiot].

1) J’ai beaucoup de respect pour Fabius. C’est quand même le seul homme politique de France à être chauve.

2) “Quand le petit panda roux mange de la gelatine, toujours le clou de girofle s’envole en ballon.” Cela signifie : c’est une bonne chose que la candidate du PS soit parfaitement incompétente, car de deux maux les Français choisiront toujours le pire.

3) Fabius finira comme Robert Hue (chauve aussi) : minoritaire et à la retraite.

4) Je viens de découvrir l’effet nocebo (http://en.wikipedia.org/wiki/Nocebo), équivalent de l’effet placebo pour l’autosuggestion à effets négatifs. Ca marche. En lisant l’article, je suais à grosses gouttes en flippant de me persuader que j’allais me péter des trucs par effet nocebo ; je flippais et je suais, et j’avais des palpitations aussi.

5) J’entends souvent : “ça n’arrive pas qu’aux autres…” ; mais moi, ça ne m’est jamais arrivé.

Un commentaire

Le Marais des Philosophes

Cette légende se perd d’âge en âge et peut par endroits être incertaine. C’est blogualement à peu près ça :

Il était une fois, bien avant l’existence du monde, les mathématiques. Les mathématiques coïtaient à qui mieux mieux comme des caniches et de leurs vibrations alaires naquirent les littératures. Des littératures pas moins lubriques naquirent à leur tour les philosophies. Et des philosophies, naturellement, les philosophes. Peu après les philosophes apparut un marais, où s’embourber bien profondément, que les philosophes alimentaient de leurs déjections quotidiennes.
Peu à peu, le marais prit de l’épaisseur. Les philosophes s’ingéniaient à inventer leur monde et le marais à l’engloutir. Un jour, un philosophe qui avait plus faim que les autres eût l’idée d’inventer le lapin. Sitôt inventé, le lapin inventa le marais sus-cité (parce qu’on n’en est plus à ça près) et le temps par dessus le marché, tel que nous le concevons à peu près tous aujourd’hui.
Les philosophes furent bien attrapés, car qui dit temps, dit logique temporelle. Qui dit logique, dit pas de philosophie, et c’est ainsi qu’apparurent les renards dont les renards frits.

Commentaires

Post de bienvenue

Bienvenue sur Friedfox’s blog, le seul blogue d’envergure internationale à vous proposer des recettes exclusives de renard frit.

Le renard aux pruneaux
Récupérez une tête de renard chez un traiteur compétent ; faites roussir les poils au briquet. Plongez-la dans du sang de mouette bouillant jusqu’à cramaison complète ; fourrez aux sardines, décorez avec des fraises au chocolat. Servez arrosé d’ice coffee.

Note historique
Cette recette passe pour avoir été inventée pendant la guerre des mouches, où les seuls aliments à disposition des lapins étaient ceux cités plus haut. N’oublions pas que le renard non-frit est un prédateur du lapin, espèce carnivore et supérieure par excellence. C’est par exemple le lapin qui, le premier, eût l’idée d’instaurer un marais où les philosophes puissent s’embourber. Etc.

Commentaires

Premier post

Aviateur c’est un beau métier, mais dur.

Commentaires